Originaire de la banlieue lilloise, Gonzague a grandi à proximité de la frontière
avec la Belgique. Adulte, il quitte le plat pays du Nord pour les hauteurs des
massifs montagneux : d’abord les Alpes, puis les Pyrénées. Les topographies sont diverses mais à chaque fois Gonzague y retrouve cette atmosphère bien particulière propres aux zones frontalières. Il apprécie cet entre deux et la liberté que ce flou lui apporte. Au grès des rencontres amoureuses ou amicales, il mène une vie de débrouille faite de petits boulots, d’entraide et d’arrangements.
Cette vie en mouvement, il l’a mené pendant plus de seize ans, longeant les
Pyrénées d’ouest en est, jamais lassé par la beauté sauvage de ce massif et la richesse de sa culture locale.
Aujourd’hui, il vit sur les hauteurs de Reynes à quelques kilomètres du Perthus, commune située sur la frontière franco-espagnole et dans laquelle il se rend chaque semaine. C’est au pied de la borne frontière 575, à l’arrêt de bus espagnol qui sert de terminus à la ligne L0002, que Gonzague récupère un vendredi soir sur deux un être qui lui est cher et qui lui, vit de l’autre côté de la frontière.