Jean est né à Perpignan. Il y grandira jusqu’à ses quatorze ans avant de venir s’installer avec sa famille à Céret où vivaient déjà ses grands-parents catalans. Il n’avait à l’époque que très peu de liens avec l’Espagne,
et a longtemps éprouvé une certaine appréhension envers ce pays.
Hormis quelques excursions récréatives, Jean s’aventurait peu de l’autre coté de la frontière où l’ombre de Franco et la menace de la Guardia Civil étaient encore bien présentes.
Ce n’est qu’une fois devenu père, en voyant l’intérêt de ses enfants pour la langue et la culture
catalane, que Jean décide de renouer avec ses racines. Il prend alors conscience de l’importance de cet héritage culturel et c’est avec enthousiasme qu’il
redécouvre en famille
certaines traditions comme le joc de pilota. Dans les années 1900, ce jeu était couramment pratiqué à Céret donant lieu à de nombreux tournois transfrontaliers. En 2006, il décide de fonder l’association Nou de trinca dans le but de faire revivre cette pratique qui avait alors totalement disparu du département. L’intérêt de Jean pour ce jeu de balle va bien au delà de l’envie de raviver d’anciennes traditions régionales et réside avant tout dans son histoire et son universalité. C’est un prétexte à la rencontre et au brassage culturel car pour Jean, ce qui fait la force du Vallespir c’est la présence de cette
frontière qui unit les hommes et les pays plus qu’elle ne les sépare.